Un été avec Homère

No comment 99 views

Je suggère excessivement ce livre « Un été avec Homère » de Sylvain Tesson. Homère, j’ai été agréablement surpris par le développement de compte de Sylvain Tesson qui nous influence pour trouver une journée terriblement actuelle Homère, il savait chérir des histoires dans les histoires, faire des descentes dans le péché Il y a des événements, des attentes qui ouvrent de nouveaux points de vue de la réflexion. Télécharger Livre Un été avec Homère gratuit en PDF, Epub et Mobi format, Dans le cas où vous avez des bénédictions pour leur donner ce petit morceau.

Livre Un été avec Homère

Télécharger Livre Un été avec Homère gratuit en PDF, Epub et Mobi format – Qualité, dépassement, transcendance, sympathie, délicatesse, parenté, sentimentalité, fiabilité, adorer, voilà les sujets qui traversent les légendes imparfaites de l’Iliade et de l’Odyssée. Comme ils sont imparfaits, ils nous ressemblent. Nous sommes élevés par l’incroyable verve d’Homère depuis longtemps. Sylvain Tesson a très fortement décomposé ces paroles en récits. Un plaisir. Lisez aussi notre critique pour ce livre Une fille comme elle

Télécharger Livre Un été avec Homère gratuit en PDF, Epub et Mobi format, Un temps décent dans les îles grecques avec un Tesson plus diabolique que n’importe quelle autre fois de mémoire récente. Télécharger Livre Un été avec Homère gratuit en PDF, Epub et Mobi format, Un magnifique examen de l’Iliade et de l’Odyssée qui restent enfin extrêmement présents. Pour lire discrètement à l’ombre, un verre d’Ouzo à proximité. Peu à peu je me contenterai de la lecture de Tesson et je conseillerai les chances de revenir dans les foulées d’Ulysse.

Dettagli:
Un Eté avec Homère ou l’Iliade et l’Odyssée comme on ne vous les a jamais racontées. Un voyage entre la mythologie et le monde d’aujourd’hui, érudit, épique, drolatique, époustouflant.

L’Iliade est le récit de la guerre de Troie. L’Odyssée raconte le retour d’Ulysse en son royaume d’Ithaque. L’un décrit la guerre, l’autre la restauration de l’ordre. Tous deux dessinent les contours de la condition humaine. À Troie, c’est la ruée des masses enragées, manipulées par les dieux. Dans l’Odyssée on découvre Ulysse, circulant entre les îles, et découvrant soudain la possibilité d’échapper à la prédestination. Entre les deux poèmes se joue ainsi une très violente oscillation : malédiction de la guerre ici, possibilité d’une île là-bas, temps des héros de côté là, aventure intérieure de ce côté ci.

Ces textes ont cristallisé des mythes qui se répandaient par le truchement des aèdes dans les populations des royaumes mycéniens et de la Grèce archaïque il y a 2500 ans. Ils nous semblent étranges, parfois monstrueux. Ils sont peuplés de créatures hideuses, de magiciennes belles comme la mort, d’armées en déroute, d’amis intransigeants, d’épouses sacrificielles et de guerriers furieux. Les tempêtes se lèvent, les murailles s’écroulent, les dieux font l’amour, les reines sanglotent, les soldats sèchent leurs larmes sur des tuniques en sang, les hommes s’étripent et une scène tendre interrompt le massacre pour nous rappeler que les caresses arrêtent la vengeance.

Préparons nous : nous passerons des fleuves et des champs de bataille, nous serons jetés dans la mêlée, conviés à l’assemblée des dieux, nous essuierons des tempêtes et des averses de lumière, nous serons nimbés de brumes, pénétrerons dans des alcôves, visiterons des îles, prendrons pied sur des récifs. Parfois, des hommes mordront la poussière, à mort. D’autres seront sauvés. Toujours les dieux veilleront. Et toujours le soleil ruissellera et révèlera la beauté mêlée à la tragédie. Des hommes se démèneront pour mener leurs entreprises mais derrière chacun d’eux, un dieu veillera et jouera son jeu. L’Homme sera-t-il libre de ses choix ou devra-t-il obéir à son
destin ? Est-il un pauvre pion ou une créature souveraine ?

Les poèmes auront pour décor des îles, des caps et des royaumes dont un
géographe, Victor Bérard, effectua dans les années 1920 une très précise localisation. La Mare Nostrum est ce haut lieu d’où a jailli l’une des sources de notre Europe, qui est la fille d’Athènes autant que de Jérusalem.

Mais une question nous taraude. D’où viennent exactement ces chants, surgis
des profondeurs, explosant dans l’éternité ? Et pourquoi conservent-ils à nos oreilles cette incomparable familiarité ? Comment expliquer qu’un récit de 2500 ans d’âge, résonne à nos oreilles avec un lustre neuf, un pétillement aussi frais que le ressac d’une calanque ? Pourquoi ces vers paraissent-ils avoir été écrits pas plus tard qu’aujourd’hui, par un très vieux poète à la jeunesse immortelle, pour nous apprendre de quoi seront fait nos lendemains ? En termes moins lyriques (Homère est le seul maître en la matière) d’où provient la fraîcheur de ce texte ? Pourquoi ces dieux et ces héros semblent malgré la terreur qu’ils inspirent et le mystère qui les nimbe, des êtres si amicaux ?

author
Author: 

    Leave a reply "Un été avec Homère"